Nantes, le 20 octobre 2015 – Dans un contexte économique et social tendu et malgré des taux d’intérêt historiquement bas, la finance solidaire continue de convaincre de plus en plus d’épargnants qui souhaitent donner du sens à leur argent. Grâce au million d’épargnants que l’on dénombre aujourd’hui dans l’hexagone, ce ne sont pas moins de 240 M€ qui ont pu être investis dans des projets à forte utilité sociale et/ou environnementale partout en France en 2014.

Quelle est la part investie dans les entreprises solidaires de la région des Pays de la Loire ? Quelles sont les entreprises qui en ont bénéficié ? En quoi répondent-elles aux enjeux de société actuels tels que la transition énergétique ? Pour la 2ème année consécutive, l’étude sur « le financement solidaire en Pays de la Loire, données 2014 et analyses », réalisée par Finansol avec le soutien de la Région des Pays de la Loire, dévoile l’impact de cette autre finance sur le dynamisme économique et social du territoire ligérien.

Sophie des Mazery

 

 

‘’Avec 4,7 M€ d’euros de financements solidaires investis dans 47 projets en 2014, les acteurs de la finance solidaire ligériens confirment leur implication dans le développement des entreprises et associations à forte utilité sociale et environnementale. Ce dynamisme régional démontre de nouveau que finance solidaire rime avec développement économique local. » déclare Sophie des Mazery, Directrice de Finansol.

 

 

 

 

Le financement solidaire change d’échelle en Pays de la Loire et reste engagé dans la création d’emplois aidés

Les 4,7 M€ investis  en 2014 en Pays de la Loire dans 47 associations et entreprises solidaires sont le fait de plusieurs investisseurs solidaires : France Active, la Nef, Energie Partagée Investissement, Mirova, Terre de Liens, Initiative France, Habitat et Humanisme, Chênelet. Ce chiffre a doublé puisqu’en 2013, 1,98 M€ avaient été investis dans 65 projets. Les montants moyens investis sont donc plus importants et permettent notamment à des entreprises solidaires de taille significative de se développer (16% des entreprises financées ont plus de 50 salariés et 10 projets ont collectés plus de 100 000€).

Cette étude révèle également qu’en 2014, les structures de l’insertion par l’activité économique soutenues par la finance solidaire dans la région sont nombreuses. En effet, plus de 20% des entreprises financées ont comme objet la formation et l’accompagnement des personnes éloignées de l’emploi. 530 des 1 600 emplois créés ou consolidés grâce à l’épargne solidaire sur le territoire ligérien sont à destination de personnes en parcours d’insertion ou de travailleurs handicapés. Ainsi, en Pays de la Loire, 1 emploi consolidé par la finance solidaire sur 3 concerne donc, en 2014, une personne éloignée de l’emploi (ce chiffre est à peine de 12% au niveau national).

Une forte implication citoyenne dans le financement d’activités écologiques

Au plan national, la part des projets environnementaux soutenus par la finance solidaire a cru en 2014, faisant écho à la COP 21 qui se tiendra à Paris dans quelques semaines. La filière biologique représente à elle seule plus d’1/5ème des projets financés. En y ajoutant les projets intervenant sur d’autres secteurs liés à l’environnement (énergies renouvelables, recyclage, écoconstruction…), ils représentent près de 37% des projets bénéficiaires et plus de 31% du volume du financement solidaire.

En Pays de la Loire, le constat est identique. La région enregistre une croissance sensible du financement solidaire en faveur de projets environnementaux. S’ils sont, en nombre, moins représentés qu’au niveau national (23% contre 37%) leur part est nettement plus importante en volume de financement (plus de 50% contre 31%).

C’est toutefois en Pays de la Loire qu’est implanté le plus significatif des projets de production d’énergie renouvelable financé par l’épargne solidaire en 2014 : Isac Watt à Séverac (44). A l’instar de sa grande sœur Begawatt implantée en Bretagne, cette installation de 4 éoliennes est née d’une volonté citoyenne de participer activement à la transition énergétique (plus de 500 000€ d’épargne solidaire citoyenne collectés).

Les habitants du territoire ont été moteur à toutes les étapes du projet : depuis l’idée au sein de l’association Éoliennes en Pays de Vilaine, en passant  par le  financement via des clubs d’investisseurs (CIGALES) et Énergie Partagée Investissement, jusqu’au développement technique, confié à Watts Développement. Tous les collaborateurs ont été invités à s’associer à la gouvernance pour élaborer le projet et le financer. Résultat, cette installation permettra de produire l’équivalent de la consommation électrique hors chauffage d’une ville moyenne (8 000 foyers).

*Chiffres issus du baromètre de la finance solidaire Finansol-La Croix 2015-2016
Contexte :

Grâce à son Observatoire de la finance solidaire, Finansol est aujourd’hui la seule structure qui analyse l’évolution au plan national de la finance solidaire en France. Il collecte annuellement les données permettant de mesurer des tendances et des évolutions du secteur. Ce travail s’organise autour de deux axes : la consolidation de statistiques et la réalisation d’études thématiques.

La production d’indicateurs régionaux présente, à ce jour, encore quelques difficultés : les établissements financiers n’ont pas tous de données régionalisées, il n’y a pas d’uniformité dans la mesure et le reporting des réalisations des entreprises solidaires, etc. Toutefois, depuis 2012, Finansol tente de dépasser certaines de ces contraintes. La collecte des données a été développée et permet aujourd’hui de construire certains indicateurs régionaux tels que le nombre d’entreprises financées en 2014 par département/région ou encore la part de financement affectée à la création d’entreprises et celle dirigée vers leur développement.

L’étude sur le financement solidaire en Pays de la Loire initiée en 2013, s’est vue renforcée en 2014. En effet, l’Observatoire a engagé un travail de coopération avec Karine Féniès-Dupont, responsable de l’Observatoire de la CRESS Pays de la Loire, et Pascal Glémain, Maître de Conférences-HDR à l’université de Rennes 2, et coresponsable du Réseau grand ouest de recherches en ESS-RgoRESS.