Paris le 6 novembre 2018

 

Globalement stables mais les premières hausses depuis quelques mois

« En ce début novembre, les taux des crédit sont globalement stables même si nous constatons pour la première fois depuis quelques mois de légères hausses chez certains de nos partenaires bancaires», observe Maël Bernier, directrice de la communication de Meilleurtaux.com En effet, 4 établissements, dont des caisses régionales, ont remonté leurs barèmes de 0,10%, une grande banque nationale va même jusqu’à 0,30% mais uniquement pour les profils modestes.

 

« Néanmoins, il faut rester prudent car il ne s’agit pas d’un mouvement de fond mais bien d’un réajustement de la marge des banques en cette fin d’année, leurs objectifs ayant été atteints », ajoute-t-elle. La preuve, les décotes restent légion mais sont réservées aux meilleurs profils c’est-à-dire à ceux pour lesquels elles sont encore prêtes à faire des efforts, quitte à rogner leur marge.

 

Dans les faits, les taux moyens se situent toujours autour de 1,40% sur 15 ans et 1,60% sur 20 ans et les meilleurs dossiers avec un bel apport et des revenus au-dessus de la moyenne peuvent toujours prétendre à des taux compris entre 1% sur 15 ans et 1,40% jusqu’à 25 ans.

Taux moyens relevés sur 15 ans

1,40% sur 15 ans

1,60% sur 20 ans

1,83% sur 25 ans

 

Des taux directeurs toujours très bas

Pas de changement sur les Obligations Assimilables du Trésor (OAT ,qui servent de référence aux taux de crédit immobilier aux particuliers) justifiant une hausse des taux. Dans ce contexte, pas de resserrement des marges bancaires par rapport à la situation des mois derniers.

 

Evolution à venir ?

Dans les semaines qui viennent, nous n’anticipons toujours pas de hausses généralisées dans les barèmes bancaires, néanmoins, les banques n’ayant pas bougé leurs taux au cours des derniers jours pourraient être tentées de « grappiller » quelques centimes de points sur leurs barèmes afin de récupérer un peu de marge sur les profils qui les intéressent le moins. « En tenant compte de tout cela, nous envisageons des taux autour de 1,65% en moyenne sur 20 ans pour les dossiers « lambdas » d’ici la fin de l’année, mais toujours des taux sous les 1,50% pour les dossiers présentant des qualités de revenus ou d’apport. », conclut Maël Bernier