À l’approche de Noël, la recherche du cadeau idéal pour ses proches devient la priorité d’une majorité de Français. Dans ce contexte, le dernier baromètre BVA – Syntec Numérique fait le point sur les comportements d’achats, entre déplacements en magasin et commandes en ligne. Contrairement aux idées reçues, cette nouvelle enquête révèle que la moitié des Français fait le choix d’allier modernité et tradition, en combinant e-commerce et points de vente physiques. À l’heure des polémiques sur le travail dominical, 55% d’entre eux soulignent par ailleurs que les magasins devraient proposer des horaires d’ouvertures plus flexibles afin de s’approcher du niveau de disponibilité des boutiques en ligne.

Distribution et e-commerce, plus complémentaires que concurrents…

 Pour leurs achats de Noël, 50 % des personnes interrogées* prévoient à la fois de recourir à l’e-commerce et de se rendre dans des magasins physiques. Les points de vente restent ainsi incontournables, avec seulement 4% de Français entendant faire leurs achats exclusivement sur Internet.

« Notre baromètre démontre bien que e-commerce et achats traditionnels ont chacun leur place. Cette tendance s’explique notamment aux qualités propres des deux solutions : rapidité et comparaisons de prix pour l’un, conseils de vendeurs et visualisation du produit pour l’autre », commente Bruno Vanryb, Président du collège Editeurs de Syntec Numérique.

…mais une nécessaire adaptation des magasins physiques pour rester compétitifs

Alors que l’ouverture dominicale de certains magasins fait controverse, une faible majorité de Français tranche le débat : les horaires d’ouvertures doivent d’abord s’adapter à leurs contraintes de temps et à leurs envies. Ainsi, 55% d’entre eux souhaitent que les magasins proposent des horaires plus flexibles afin de se rapprocher de la disponibilité des boutiques en ligne. 

Pour autant, 61% d’entre eux répondent par la négative lorsqu’on leur demande s’ils auraient moins recours au e-commerce si les magasins ouvraient les soirs, les dimanches, les lundis et les jours fériés.
« On aurait pu légitimement penser que la disponibilité 24h/24 des boutiques en ligne détournerait une partie des Français des magasins traditionnels. En réalité, ce n’est pas le cas. Dans le débat actuel sur l’ouverture dominicale des magasins, c’est une information clé pour comprendre les attentes des Français, mais aussi pour remettre en perspective les positions de chacune des parties prenantes. Si plus de flexibilité présente des vertus certaines sur le plan économique, la solution à la crise que connaît la distribution physique depuis l’arrivée d’Internet passe par une réponse plus structurelle que les horaires d’ouverture : les magasins physiques doivent faire leur mutation et réinventer leur métier pour intégrer la synergie avec le e-commerce dans leur offre », conclut Bruno Vanryb.

Rapport détaillé du baromètre disponible pour la presse

sur simple demande auprès de l’agence Wellcom


* Méthodologie :

Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone et interrogés par Internet* les 28 et 29 novembre 2013.
Echantillon de 1 005 personnes représentatif de la population française âgée de 15 ans et plus.
La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.

* Il ne s’agit pas d’un access panel