L’électrification des gammes des constructeurs automobiles est plus que jamais à l’ordre du jour.            Ce lundi 28 juin, le président de la République, Emmanuel Macron, a lancé la construction de la seconde gigafactory de batteries pour véhicules électriques en France. Le projet porté par le groupe chinois Envision, est situé à proximité des usines Renault de Douai et vise à fournir des batteries pour une capacité de 9 GWh dès 2024. La seconde de ce type en France, après celle de Douvrin, à moins de 30km de ce site, qui est portée par ACC, co-entreprise entre Stellantis (ex PSA-Fiat) et TotalEnergies, et prévue pour 2023.

La production des batteries électrique est un défi pour l’industrie automobile européenne en transition vers une mobilité à bas carbone. Leur emplacement est un enjeu stratégique européen. Les règles d’émissions par véhicules de l’Union Européenne obligent cette transition vers un marché résolument concurrentiel avec de nouveaux entrants (e.g. Tesla, Polar). D’autres marchés, comme la Chine, sont en pleine explosion d’offres électriques. L’année dernière, près de la moitié des véhicules électriques vendus sont chinois.

A l’heure où une trentaine de projets de gigafactories sont d’ores et déjà annoncés en Europe, la France revient dans la course par rapport à l’Allemagne, qui compte une dizaine d’initiatives à ce jour, dont l’usine d’assemblage de Tesla, dans la banlieue de Berlin.

Dans cette transition structurelle, le 8 juillet Stellantis dévoilera la vision consolidée de son offre électrique lors de l’Electrification Day. Le tout nouveau groupe compte sur le succès de son offre électrique. En effet, après avoir annoncé ses premiers utilitaires hydrogènes à l’horizon 2021 Stellantis profite du kairos pour marquer l’évènement. Dès 2030 plus de 70% des véhicules vendus par ses 14 marques (Peugeot, Vauxhall, Fiat…) seront électriques. Tous les véhicules proposés par le 6ème groupe mondial auront leur pendant électrique.

Tandis que Tesla étend son offre en Europe, l’industrie automobile traditionnelle s’allie avec des startups pour rattraper son retard. Volkswagen mise sur Northvolt pour la production de ses batteries sur la prochaine décennie et Renault, en parallèle de cette annonce avec Envision pour le segment des véhicules de segments A et B, a annoncé une prise de participation dans le capital de la startup française Verkor pour développer, dans les années à venir, des batteries pour les segments C et supérieures ainsi que pour les Alpine.

 

/ Comment l’industrie tricolore européenne compte-elle rattraper le train de l’électrification ?

/ L’Airbus de la Batterie a-t-il une chance de réussir et d’aider l’Europe à parvenir à une forme de souveraineté industrielle dans les années à venir ?

/ Comment permettre de sécuriser les approvisionnements en matière de métaux et de matières premières dans un marché aujourd’hui trusté par les géants chinois et sud-coréens ?

/ Quelles sont les conséquences du système de taxation des performances d’émissions sur l’industrie automobile européenne ?

 


Notre expert, Clément Le Roy, se tient à votre disposition pour vous apporter un éclairage/analyse sur ce sujet


 

Clément LE ROY, Associé, est diplômé de l’Ecole Centrale de Nantes et a complété sa formation avec un Mastère en Stratégie à l’ESSEC. Il est membre du comité de direction de la practice Energie et Utilities de Wavestone, l’une des plus importantes équipes du cabinet avec plus de 300 consultants.

Fort d’une double compétence technologique et sectorielle dans l’énergie et l’environnement, il intervient depuis 2005 auprès des grands énergéticiens dans leurs transformations vers un système énergétique plus durable, plus local et plus digital. Il accompagne également des collectivités locales dans leur approche de l’Energie (Lyon, PACA, Bretagne, …) ainsi que les institutions (Commission de Régulation de l’Energie, ADEME, …).